La Culture

 
 

17.02.2007.

LES MANIFESTATIONS TOURISTIQUES EN VOIVODINE

En Serbie ont lieu environ 900 manifestations touristiques par an, avec l’intention de rapprocher les invités du pays et de l’étranger de la tradition locale et des coutûmes riches du peuple serbe. Une manifestation sur trois est organisée en Voivodine et de par le grand nombre de participants, mais aussi des visiteurs, particulièrement des pays de l’entourage, elles se classent au sommet des évènements qui restent longtemps et volontiers dans la mémoire. Cette semaine, deux telles manifestations attirent l’attention particulière. Il s’agit de l’Olympiade de lard, "Slaninijada" à Kacarevo, et des JO des saucisses, "Kobasicijada" à Turija. Elles sont l’occasion pour montrer pourquoi tous les habitants de Voivodine sont gourmands et combient ils aiment la bonne chère, la bonne blague et chanter accompagnés du son reconnaissable de tamboura. Un aperçu par Jelena Gligoric.

Les habitants de Voivodine ne reprochent pas à leurs invités s’ils sont végétariens, s’ils aiment la cuisine macriobiotique ou s’ils doivent contrôler leur alimentation pour d’autres raisons. Ils sont là pour offrir, et si vous appréciez, servez-vous, vous pourriez même en emporter. Dans le même temps, ils ne cachent pas leur affection envers le lard fait maison, les gratons, les saucisses, des pâtés divers, et particulièrement des strudels. Il y a deux décennies, la compétition locale des habitants de Kacarevo qui élèvent des cochons et la disposition de laisser un jury neutre déterminer lequel des lards est de la meilleure qualité, a donné naissance à "Slaninijada". Cette année, elle a commencé le 15 février, et elle durera jusqu’à la fin du weekend, et sont attendus 150 mille visiteurs, auxquels seront offertes 150 tonnes du lard, destinées à la vente.

Comme chaque année, "Slaninijada" est accompagnée des compétitions intéressantes telles la cuisson du pot-au-feu, la fonte du lard et l’élection du soi-disant "graton d’or", ainsi que d’autres arts culinaires. Après la bonne chère, il faut dépenser les calories, et ainsi sont organisées des compétitions sportives suivant le modèle des tournois des chevaliers, ce qui est la partie de la tradition serbe. La Voivodine est une région multinationale, et de telles manifestations sont une bonne occasion pour montrer son folklore.

Certains visiteurs de "Slaninijada" profiteront du weekend pour visiter aussi Turija, petite ville près de Novi Sad, où aura lieu la 23ème "Kobasicijada", connue par la saucisse la plus longue du monde, laquelle les artisans locaux tâchent de prolonger chaque année au moins d’un mètre, pour confirmer leur récord dans le Livre de Guiness. Les équipes de télévision de Serbie, mais aussi de Grande Bretagne, d’Allemagne et des Pays-Bas noteront la qualité exceptionnelle de la saucisse de 2023 mètres de longeur, faite par les artisans de plus de deux tonnes de viande et d’épices diverses. Celui qui visite Turija pour la première fois doit savoir, pour ne pas faire triste figure, qu’ici on achète la saucisse par mètre, et non pas par kilogramme. Nous ne vous suggérerons pas la longueur, mais les habitants de Turija disent: "Quel homme es-tu si tu ne peux pas manger un mètre de saucisse?".

Lors de "Kobasicijada", tout est sous le signe de "meilleur", hormis la saucisse pour Guiness, on choisit aussi l’homme qui peut manger le plus, sauter le plus haut ou venir de plus loin. Naturellement, à Turija aussi il y aura des orchestres de tambouras, des orchestres de trompettes, on dansera et chantera. La cuisine a sa place dans l’offre touristique de la Serbie, et la cuisine nationale est très appréciée par les étrangers qui visitent de plus en plus la Serbie et y passent volontiers leurs vacances.

Les habitants de Turija souhaitent que cette localité en Voivodine vive comme lieu touristique pendant l’année entière, car elle a des dispositions pour le développement du tourisme de chasse, de pêche et campagnard, mais aussi des curiosités naturelles. Par exemple, la mare de Beljan, qui se trouve à proximité, a la boue riche en souffre, aux vertus médicinales, et on y trouve aussi l’un des champs pétrolifères rares en Serbie, appelé "Le petit Koweit". Tout cela pourrait apporter un afflux en devises important pour cette région.


15.02.2007.

PANORAMA DE LA CULTURE

DECORATION FRANCAISE REMISE A EMIR KUSTURICA

Lors d’une solennité au Ministère de la Culture du gouvernement français, à Paris, le metteur en scène serbe Emir Kusturica s’est vu décerner l’Ordre du chevalier des arts et de la littérature, la plus haute distinction de l’Etat français dans ce domaine. Un aperçu par Slavka Sunajko.

Lors de la solennité, le ministre de la Culture, Renaud Donnedieu de Vabres a déclaré que la France exprime son admiration envers le cinéaste serbe, Emir Kusturica, en lui décernant la plus haute distinction dans le domaine de la culture. „Je suis heureux de pouvoir vous remettre la distinction du public français pour votre oeuvre unique, votre imagination débridée, la „folie" exceptionnelle et le humour dévastateur que vous avez introduit dans le Septième art européen et mondial, pour les liens profonds qui vous rattachent à notre pays et pour l’Europe de la culture pour laquelle nous luttons ensemble, et que vous incarnez avec passion et flamme", a dit Donnedieu de Vabres en s’adressant à Kusturica.

En rappelant les exploits les plus importants de la carrière de Kusturica, le ministre avait particulièrement mis en relief sa contribution au Festival de Cannes, où il s’était vu décerner deux Palmes d’or, pour le film „Papa est en voyage d’affaires" en 1985 et „Underground" en 1995, et en 2005 il était le président du jury du Festival. „Kusturica est un grand homme, l’artiste qui porte en soi tout ce que soutient l’Europe – les valeurs positives, le drame, la tragédie... C’est un artiste de puissance et de génie particuliers", a déclaré le ministre Renaud Donnedieu de Vabres, en soulignant sa grande portée humaniste, dans laquelle repose le secret de ce qui attire le public. Le ministre s’est particulièrement penché sur la carrière musicale de Kusturica, dans le groupe de rock „Interdit de fumer", sur son „village utopique" à Mokra gora, dans le cadre duquel le metteur en scène serbe avait ouvert aussi une salle de cinéma, sur sa carrière irréalisée de footbaleur et son film documentaire sur Maradona, qui devrait prochainement être terminé. Il a également mentionné l’opera-punk „Le Temps des Gitans", qui sera prochainement présentée à l’Opéra Bastille à Paris, ainsi que le nouveau film „Le Voeu", qui est attendu cette année au Festival de Cannes.

Le ministre français a déclaré aux médias serbes que ce n’est pas seulement une recompense à la contribution diverse de Kusturica à la culture française et européenne, mais aussi „à sa personnalité entière, parce qu’elle incarne le génie européen auquel je souhaitais rendre hommage". Il a mis en relief que le metteur en scène serbe „symbolisait la diversité culturelle en faveur de laquelle nous nous engageons et c’est pour cette raison que je lui avais officiellement dit que tous les ouvrages de la culture seront à sa disposition s’il souhaite tourner un film en France, de même que nous souhaitons que beaucoup d’artistes français tournent leurs films en Serbie et dans le reste de l’Europe".

„Cette recompense englobe la totalité des mes activités dans le domaine de la culture de l’Europe, ce qui veut dire tout ce que je représente comme une sorte d’anarchiste pacifique", a déclaré le cinéaste serbe connu après la cérémonie de la remise de l’ordre, en parlant avec les journalistes. „Je crois qu’il est très important au moment actuel, lorsque la Serbie passe par une phase historique difficile, lorsque nous subissons des pressions de tous les côtés et lorsqu’on veut nous ôter une partie du pays, le Kosovo-Metohia, juste de la manière démontrée dans le film „Underground", qu’une telle recompense confirme que nous ne sommes pas, en effet, un pays des assassins et des canailles, mais tout le contraire – le pays qui a depuis le Moyen Age jusqu’à nos jours toutes les caractéristiques de la civilisation, qui existent partout dans le monde civilisé", a souligné le metteur en scène connu.

Avant Kusturica, l’Ordre du chevalier des arts et de la culture était remis à l’académicien serbe et français et peintre Vladimir Velickovic et à l’écrivain Danilo Kis.


13.02.2007.

LA CHRONIQUE DE LA CULTURE

Le festival des films de court métrage et documentaires intitulé "Le panorama nordique" aura lieu à Belgrade du 15 au 19 février. A Novi Sad, les amateurs du septième art auront l’occasion de suivre, en juin, "Le premier festival du film national". Le théâtre de marionnettes "Pinokio" de Zemun se présente à Londres. Plus de détails dans la CHRONIQUE DE LA CULTURE signée Milena Gluvacevic.

Le festival des films de court métrage et documentaires "Le Panorama nordique" aura lieu à Belgrade du 15 au 19 février. "Le Panorama" a été organisé pour la troisième fois par "La Fondation Balkankult" et "Nordisk Panorama" et y participent les films de Finlande, de Suède, du Danemark, de Norvège et d’Island. Le slogan du festival de cette année est "La glace est brisée" ce qui fait penser symboliquement au grand succès réalisé par cette revue de films ces deux dernières années. Les visiteurs auront l’occasion de voir les films qui ont reçu au festival à Ohrus les prix les plus importants. Selon le sélectionneur de cette manifestation, Nebojsa Popov, au focus des films sont les histoires chaleureuses et d’amour. Après Belgrade, "Le Panorama nordique" se répètera dans certaines villes à l’intérieur de la Serbie, ainsi qu’en Bosnie.

A Novi Sad aura lieu en juin "Le premier festival du film national". Cette manifestation durera neuf jours, et le but principal est la promotion et la popularisation du film national, des auteurs du film nationaux et de l’industrie du film nationale. Cela devrait devenir le festival du rang international, et l’idée sur sa fondation date de 1991. Pour l’instant, on sait que le public aura l’occasion de voir quinze premières, et on négocie sur l’arrivée d’un grand nombre d’invités étrangers. Par ailleurs, Novi Sad a eu jusqu’à présent deux manifestations importantes au niveau national, "Sterijino pozorje " (Le théâtre de Sterija) et "Exit" comme manifestation musicale.

Le théâtre de marionnettes "Pinokio" de Zemun se présente à Londres par la pièce "Le Chaperon rouge" de Igor Bojovic, mise en scène par Jug Radivojevic. La présentation est organisée en coopération avec l’Association serbe en Grande-Bretagne. La pièce "Le Chaperon rouge" est spécifique par ses marionnettes extraordinaires, faites d’objets de l’usage quotidien et elle a été déjà jouée avec un grand succès en France, au Canada et en Russie.

 

Copyright © The International Radio Serbia and Montenegro