Daily news - language : French


Au cours de l’entretien mene au Vatican, le president de la Serbie-Montenegro Svetozar Marovic et le chef de l’Eglise catholique le Pape Jean-Paul II ont exprime l’espoir conjoint que la paix, la stabilite, la tolerance et l’exhumanisme en Europe du sud-est continueront a se developper. Dans le communique issue du cabinet de Marovic on releve que le Pape Jean-Paul II soutien les efforts du pouvoir a Belgrade pour la pleine integration europeenne, le developpement de la democratie et l’application des standarts europeens modernes en Serbie-Montenegro. Le president Marovic s’est egalement entretenu au Vatican avec le secretaire d’Etat, le cardinal Angelo Soldan, des questions politiques et religieuses actuelles en Serbie-Montenegro.


Lors du debat au Tribunal de La Haye, le ministere public a denouveau demande a la chambre du tribunal d’obliger les autorites a Belgrade de donner acces aux archives etatiques et miliatires et de remettre les documents importants pour le proces de Slobodan Milosevic. Le representant de la Serbie-Montenegro Vladimir Djeric a releve que le ministere public revendiquait l’acces illimite aux archives de l’Etat, ce a quoi il n’a pas le droit selon le Statut du Tribunal de La Haye. Cependant, il a fait savoir que Belgrade etait disposee a etablir avec le ministere public les modalites pour l’acces limite aux archives. Vladimir Djeric a ajoute que la cooperation avec le Tribunal etait un processus continu, constatant qu’il se deroulait bien. A la fin du debat, la chambre du tribunal a annonce qu’elle communiquerait la decision ulterieurement.


Le president du Gouvernement de Serbie Zoran Zivkovic s’est entretenu a Subotica, ville du nord de la Serbie, avec le premier ministre hongrois Peter Megyesi, de l’intensification de toutes formes de cooperation entre les deux pays. Relevant que l’experience de la Hongrie dans la transition reformique etait precieuse pour la Serbie et le Montenegro, le premier ministre Zivkovic a mis en vedette que pour le developpement des relations de bons voisinages, les minorites hongroises et serbes etaient d’une importance particuliere comme pont dans la cooperation entre les deux pays. Peter Megyesi a felicite les autorites a Belgrade pour l’action efficace contre la criminalite organisee suite a la mort tragique du premier ministre Djindjic, et a releve que Budapest donnait son plein soutien a la Serbie-Montenegro pour l’integration europeenne.


La police de la MINUK a communiqué qu’a Kosovska Mitrovica elle avait arrete un police de nationalite serbe du service policier de Kosovska, soupconne d’avoir commis des crimes de guerre en 1999. Dans le communique on ne mentionne pas l’identite de l’accuse ni les informations concernant les crimes pour lesquels il est soupconne.


Le chef de la MINUK Mihael Steiner et les hauts fonctionnaires albanais ont appele les leaders des Albanais du Kosovo d’etablir des contacts officiels avec les autorites en Serbie-Montenegro au prochain Sommet de l’Union Europeenne et des pays des Balkans occidentaux qui aura lieu a Thessalonique le 20 et 21 juin. C’est dans l’interet de tout le monde d’entamer le dialogue, a dit Steiner a l’issue de sa rencontre a Tirana avec le president albanais Alfred Mojsiu, le premier ministre Fatos Nano et le chef de la diplomatie Ilir Meta. Les hauts fonctionnaires albanais ont egalement mis en vedette que ce dialogue etait d’une importance cruciale pour tous les pays balkaniques qui souhaitent entrer dans l’Union Europeenne. Steiner s’est rendu en Albanie pour une journee afin d’assurer le soutien de Tirana pour son plan sur le dialogue entre Belgrade et Pristina.


Le president de la Serbie-Montenegro Svetozar Marovic a declare que la communaute etatique n’avait pas l’intention d’attendre 2010 pour entrer dans l’Union Europeenne et qu’elle comptait sur l’aide de Rome dans le processus d’integration aux courants europeens.

Dans une interview accordee au journal italien CORRIERE DELLA SERA a la veille de la visite officielle a Rome demain, Svetozar Marovic a rappele que la Serbie et le Montenegro avaient reussi dans un delai tres court a retablir la confiance mutuelle perdue a l’epoque du regime de Milosevic et etablir tres rapidement les institutions etatiques. A la constatation qu’en 2006 le Montenegro pourra choisir si oui ou non il restera avec la Serbie, Svetozar Marovic a dit que dans le cas d’une vie meilleure, il serait logique que la majorite decide de vivre dans la communaute etatique, cependant il est vraie que l’initiative vers l’independance domine a l’heure actuelle.


L’avocat Vladan Vukcevic a complété la proposition pour l’annulation de la détention provisoire de l’ancien chef du Service de sécurité d’Etat, Jovica Stanisic par le rapport sur son état de santé. Vukcevic a déclaré que l’état de santé de son client est sérieusement endommagé et qu’il avait soumis au juge d’instruction un rapport médical à ce sujet. Il a ajouté que la propriété de Stanisic est offerte en qualité de garantie pour son relâchement de la détention provisoire. Stanisic et Franko Simatovic sont arrêtés pendant l’action SABRE, le 13 mars, après l’assassinat du premier ministre Zoran Djindjic, et le Tribunal de La Haye avait dressé, vers le début de mai, un acte d’inculpation pour des crimes de guerre commis en Bosnie-Herzégovine et en Croatie. Stanisic est retourné après l’opération récente en détention provisoire à Belgrade, tandis que Simatovic est extradié au Tribunal le 30 mai et lors de sa première comparition devant le Conseil des magistrats, il s’est prononcé non coupable suivant tous les chef de l’acte d’inculpation.


Le témoin protégé du Tribunal de La Haye, C-47 au procès de Slobodan Milosevic a déclaré que le leader du Parti radical serbe, Vojislav Seselj avait fondé en 1991 le mouvement tchetnik en Serbie, dont les éléments, avec l’aide de l’Etat, combattaient dans la guerre en Croatie. Le témoin a déclaré qu’un grand nombre d’éléments de l’Armée populaire de Yougoslavie et de la police avaient adhéré à ce mouvement, dont les éléments étaient entraînés sur des polygones militaires en Serbie. Le Parquet a présenté, en qualité de preuve, un enregistrement de télévision, où Seselj dit que Milosevic leur avait rendu possible l’obtention des armes, l’accès aux casernes, les uniformes et tout ce qui leur était nécessaire pour le sauvetage des Serbes menacés en Croatie. Milosevic avait antérieurement essayé de prouver, lors du contre-interrogatoire, que le témoin protégé B-1098 ne disait pas la vérité et qu’il avait inventé que les éléments de l’Armée populaire de Yougoslavie avaient fusillé plusieurs dizaines de Musulmans en juin 1992 dans les environs de Zvornik en Bosnie-Herzégovine orientale. Le témoin a confirmé qu’il n’avait personnellement pas vu le fusillement et qu’il n’avait entendu que des rafales et donné une estimation approximative du nombre des morts.


Les chefs des diplomaties de l’OTAN ont fait savoir à Madrid que les pas encourageants entrepris ces derniers temps par les autorités en Serbie-Monténégro dans la lutte contre la criminalité organisée et l’extrêmisme politique, ainsi que la réforme des forces armées, pourraient amener à l’intégration de la communauté d’Etats au programme de l’Alliance, « Partenariat pour la paix » et au Conseil de coopération euro-atlantique. Les ministres de l’OTAN ont mis en vedette qu’il est nécessaire que la Serbie-Monténégro réalise, dans cet objectif, un progrès supplémentaire, y-inclus la pleine coopération avec le Tribunal de La Haye. L’OTAN a également exprimé son soutien à l’intégrité territoriale et à la souveraineté de tous les pays des Balkans. A la réunion ministérielle de deux jours à Madrid participent les chefs des diplomaties des pays intégrés au programme « Partenariat pour la paix », ainsi que le ministre des Affaires étrangères de Serbie-Monténégro, Goran Svilanovic.


« Les futurs contacts du Haut représentant de l’UE pour la politique extérieure et la sécurité, Javier Solana à Pristina et à Belgrade poretront avant tout sur les normes fondamentales sans lesquelles il n’y pourrait pas avoir de débat sur le statut définitif du Kosovo », a déclaré Cristina Gallac, la porte-parole de Solana, à la radio DEUTSCHE WELLE. Gallac a mis en vedette qu’il est nécessaire que sur ce territoire soient d’abord assurées les conditions de vie fondamentales et elle a ajouté que ce ne sont que certains parmi les préalables pour le début des entretiens sur le statut définitif de la Province. « L’UE souhaite encourager le dialogue entre Belgrade et Pristina, car c’est le préalable pour arriver aux négociations sur le statut », a déclaré Gallac.


Le president de Serbie-Montenegro, Svetozar Marovic a annoncé que ses entretiens avec le président de l’Italie, Carlo Aseglio Ciampi, qui auront lieu demain, porteront particulièrement sur le rôle de l’Italie, en tant que futur président en exercice de l’UE, dans le processus de l’intégration de la Serbie-Monténégro à l’Union. Marovic a déclaré après sa rencontre avec le pape qu’il ouvrira, avec les plus hauts officiels italiens, la question du verdict contre l’ex-pilote de l’ancienne Armée populaire de Yougoslavie, Emir Sisic et qu’il soulignera que dans ce cas est très important de considérer la dimension humaniste. Emir Sisic est condamné par la cour italienne à la réclusion à vie car il avait en 1992, lors de la guerre en Croatie, abattu un hélicoptère dans lequel se trouvaient des représentants de la Communauté européenne de l’époque.


REVUE DE PRESSE

Tous les média du pays transmettent aujourd’hui les messages provenant du mini sommet de cinq pays des Balkans, tenu à Ohrid, en Macédoine. Plus de détails à ce sujet et à certains autres sujets d’actualité sur la scène politique du pays dans la REVUE DE PRESSE.

Les présidents de cinq pays des Balkans, participants du rassemblement à Ohrid, s’attendent à ce que le prochain sommet de l’Union européenne à Salonique laisse entendre que leurs pays ont une perspective européenne et que « l’Europe ne sera réellement unie que si tous les pays de la région en deviennent partie intégrante », transmet le journal VIJESTI de Podgorica. Les leaders de Macédoine, de Serbie-Monténégro, d’Albanie, de Croatie et de Bosnie-Herzégovine ont laissé entendre dans leur déclaration finale que les pays des Balkans sont fortement orientés vers la lutte contre la criminalité organisée, les réformes et l’amélioration de la situation économique, l’augmentation des investissements nationaux et étrangers et la libre circulation des marchandises et des prestations. A l’initiative du président albanais Moisiu, il a été rajouté à la déclaration que le Kosovo devait être inclus aussi dans le processus de l’intégration européenne de la région, bien qu’il soit mentionné que le statut définitif de la province reste une question ouverte. Le président de la Serbie-Monténégro Svetozar Marovic a réitéré de son côté que la question du statut du Kosovo devait être réglé par un dialogue entre Belgrade et Pristina, avec l’assistance de l’UE et des Etats-Unis, écrit le quotidien VIJESTI.

Le sommet de l’Union européenne qui aura lieu le 21 juin à Salonique ouvrira un processus intensif de stabilisation et d’association à l’Union des pays de l’Ouest des Balkans. D’une part, cela actualise le problème du règlement définitif du statut du Kosovo-Metohija, et d’autre part, cela indique que le règlement en question doit être trouvé dans le cadre des normes juridiques européennes. C’est ce qu’à souligné dans l’interview accordée qu quotidien POLITIKA de Belgrade Nenad Vasic, consultant du gouvernement de Serbie, en présentant le Projet de plate-forme pour le, Kosovo-Metohija. Selon cette proposition, le Kosovo-Metohija serait une sub-région conforme aux normes européennes, ce qui est prévu également par la Charte européenne sur l’autoadministration locale. Cela signifie plus précisément que cette province serait une sub-région dans le cadre de la Serbie et de l’Europe, divisée en régions – districts et circonscriptions, et qu’elle aurait un parlement composé de deux chambres. Le règlement du statut définitif serait le résultat de négociations entre les parties serbe et albanaise, en présence d’une tierce partie, composée de représentants de l’Onu, de l’UE, des Etats-Unis et de l’OTAN. Les pourparlers seraient organisés par le Conseil de sécurité de l’Onu et d’après la proposition de Nenad Vesic, ils n’auraient pas lieu avant 2004 ni après 2005. Le motif pour une adoption rapide de la Plate-forme sur le Kosovo-Metohija et du « cadre » pour le concept européen de règlement de son statut définitif, réside dans le fait que le Kosmet ne peut pas et ne doit pas être exclu du processus de stabilisation et d’association des pays de l’Ouest des Balkans à l’Union européenne, conclut le consultant du gouvernement de Serbie Nenad Vasic.

DESTITUTION URGENTE DE STEINER, est le titre sous lequel le journal DANAS informe des protestations, hier à Belgrade, des Serbes expulsés et déplacés du Kosovo-Metohija. Dans leur demande remise aux ambassadeurs des USA, d’Allemagne, de Grande-Bretagne, d’Italie et de Russie, ainsi qu’au gouvernement de Serbie, il souhaitent savoir quand ils auront la possibilité de retourner au Kosovo-Metohija. A cette occasion il est rappelé que bientôt s’accomplissent quatre ans depuis l’exode du Kosovo-Metohija de 250 mille Serbes, qui revendiquent la restitution de leurs droits de l’homme élémentaires au 21ème siècle. Dragisa Miric, représentant de l’Association « Le seuil de notre maison », ajoute que les Serbes restés au Kosovo-Metohija ne souhaitent pas vivre dans un ghetto et se sentir comme des pigeons d’argile. Il a souligné que l’Europe et le monde nécessitaient un Kosovo démocratique et que pour cette raison, les Serbes du Kosovo appellent tous à les aider. En revendiquant la destitution urgente du chef de la MINUK Michael Steiner, les participants aux protestations indiquent qu’il n’a pas assuré le retour des expulsés Dans le mêmes temps, ils revendiquent l’interruption du processus de privatisation au Kosovo-Metohija, entamé par M. Steiner, tant que les Serbes expulsés et déplacés ne regagnent pas leurs foyers, écrit le quotidien DANAS.


Copyright(C.) Radio Jugoslavija